Qu'est-ce qu'une psychanalyse ?               

© Adèle Bessy

Une cure par la parole

‘‘La parole vient comme un éblouissement exposer la vie nue des terreurs et des rêves. Elle est le premier combat, une exposition contre la terreur du monde, ouvrant la possibilité d’une douceur sans combat’’.

— Anne Dufourmantelle

La psychanalyse est un parcours qui suppose que, en parlant, nous découvrirons la vérité cachée, le désir inconscient qui guide notre existence. 

Connaître ses difficultés ne suffit pas à dire son désir, à arriver à ce point où l'on sait ce que l'on veut. Même si nous repérons ce qui nous rend malheureux, si nous tentons de trouver des causes à nos schémas de vie répétitifs, si nous nous intéressons à nos rêves, essayons de comprendre nos lapsus, nos actes manqués, on ne peut se dépêtrer de ses difficultés. Nul ne peut déchiffrer seul son inconscient qui, par définition, est inaccessible à la conscience. La présence d'un tiers formé à l'écoute est indispensable.

En parlant, on part à la recherche de certains éléments enfouis qui ont déterminé et qui continuent à déterminer une existence humaine; tant qu'on ne les connaît pas, il y a de fortes chances de subir sa vie au lieu de la vivre, au lieu de la choisir.

Ce que le psychanalyste entend, à travers ce qui est dit pendant la thérapie, c’est ce que le patient ne sait pas qu’il sait. Sa mission est de l’aider à décrypter le message dont il est porteur afin de le lui restituer.

Un travail

‘’Pour libérer sa parole, le sujet est introduit, par la psychanalyse, au langage de son désir.’’   

— Jacques Lacan

La psychanalyse est une véritable discipline parce qu’elle permet de prendre des décisions. Elle est une démarche active qui implique directement le sujet et le considère comme acteur de son désir. La responsabilité de ce qui nous arrive est primordiale en psychanalyse, c’est pourquoi cette position éthique la distingue des autres thérapies : il ne s'agit pas d'une psychothérapie cognitive où on est centré sur le symptôme, mais d'une expérience dans laquelle on s’engage avec des motivations très profondes par rapport à qui suis-je, qu’est-ce que je veux devenir. Cette expérience permet de prendre en charge la cause de son malaise et d’avoir une action dessus.

En psychanalyse, il est difficile de se défaire d'un malaise sans savoir pourquoi il nous tourmente, comme le proposent d'autres méthodes qui agissent moins en profondeur. Ainsi, si nous ne parvenons pas à être en couple, la question à se poser est : « Que s'est-il passé dans mon histoire pour que je n’arrive pas à ''faire couple'' ? ». Ce qui nous intéresse est notre rapport à nous et aux autres.

Ce travail est synonyme d’implication et de patience. En effet, seuls le temps et la détermination permettent de valoriser et pérenniser la réussite d’une analyse  en profondeur.

Il se trouve parfois sur ce chemin des moments d’angoisse, des problèmes psychosomatiques, lors de jaillissements de vérités douloureuses ou de renoncements à des manières de fonctionner. Quitter ce qui organisait notre quotidien depuis longtemps est un travail dont l’enjeu est d’acquérir une nouvelle attitude face à l’amour, aux autres et à l’existence.

Un jeu

‘’Il reste toujours quelque chose de l’enfance, toujours’’

— Marguerite Duras

La psychanalyse est aussi un jeu car c’est un processus où il y a des étonnements, des éblouissements.

En effet, la cure psychanalytique a une règle, celle de l’association libre : dire ce que l'on pense, comme cela vient, sans souci de critique rationnelle ni de convenance.

Cette parole constitue un espace, une parenthèse, face aux contraintes de l’environnement. La parole libérée peut être joyeuse, créative, on est attentif à soi : on se fait un cadeau. On découvre la puissance de son inconscient, ses détours et richesses, on se sent plus libre donc plus fort. Et lorsque l’inconscient surgit, cela peut être spirituel et aussi très drôle.

Quand on est en analyse, quelque chose de l’ordre de l’appétit, du désir, se remet en mouvement. 

C’est une curiosité de vivre retrouvée, des retrouvailles avec le génie non entravé de son enfance. L’absence de préjugés, la liberté de penser hors des sentiers battus permet de rattraper ce qui s’est perdu en chemin. Lorsqu’une thérapie est bien menée, nous devenons plus indépendant, plus sûr de soi, plus créatif.

L’idée du changement

En thérapie, on se donne la possibilité du changement, on essaie d’aller à l’encontre des fatalités, c’est à dire des destins qui seraient établis dès le début de la vie.

La psyché humaine est susceptible de changer si on lui en donne les moyens. Pendant la cure, il s’agit d'élaborer quelque chose de spécifique à chaque situation. Le génie de la thérapie psychanalytique n’est pas quelque chose de flamboyant, c’est quelque chose d’un peu fugace, des petites choses qui muent et qui comptent, ce qui peut faire basculer le cours de la vie.